“ Search inside yourself ” : le programme de reverse engineering spirituel et d’intelligence émotionnelle de Google

En avril 2014,  j’avais fait un TEDxTalk devant les dirigeants de  la Société Générale avec des gens aussi inspirants que Taig Khris, Than Nghiem, Gabrielle et Deborah Portnoï… Ils avaient intitulé cela en toute modestie… « L’Odyssée du héros »:)

TEDx Société Générale

J’avais alors rencontré le Monsieur Intelligence Artificielle de la SG, Stéphane Mallard, un homme qui explique simplement quelques réalités complexes de l’IA (voir ici). Celui-ci m’a mis sur la piste d’une réalité sur laquelle Google communique peu, sa face la plus profonde, la plus spirituelle aussi, la plus discrète enfin : Search inside yourself. Probablement son apport le plus génial à l’aventure spirituelle humaine.

Google search inside

Tout le monde croit que les technologies sont les leviers des mutations de civilisation. En réalité c’est seulement la partie émergé de l’Iceberg.  Celles-ci sont en interactions permanentes avec les croyances humaines, qui, elles, polarisent les vies de milliards d’individus et pour des millénaires. Nous devenons les représentations cognitives que nous nous faisons de nous-mêmes et les technologies n’en sont que les chemins, elle-mêmes nées des transformations de la compréhension que l’intelligence humaine se fait d’elle même. Je voudrais vous parler aujourd’hui des relations entre le monde digital et la spiritualité. Je prendrai le cas très intéressant du programme de Google « Search Inside Yourself » aussi méconnu que structurant pour la firme de Mountain View.

Search Inside Yourself


Connaissez vous le Search Inside Yourself Leadership InstituteSaviez-vous que Google est très engagé dans  cette organisation fondée par Chade-Meng Tan, un ingénieur vétéran de Google ? Search Inside Yourself est largement soutenu par la firme et y apparaissent des personnalités comme Arianna Huffington et pleins d’autres. Il existe aussi en France.

Le Mission Statement de cette organisation est très clair :

Bridging age-old practices of mind training with modern neuroscience and technology, we help people in organizations bring out the best in themselves, from the inside out.

Chade-Meng Tan est un peu devenu le « Mister Bonheur» de chez Google. Voilà ce qu’il dit :

Chade-Meng Tan raconte qu’on peut entraîner et maîtriser l’intelligence émotionnelle pour faciliter les relations, la prise de décision, etc… Il est là, entouré d’un parterre de moines tibétains. Pourquoi ? Parce que le bouddhisme tantrique tibétain (une forme de bouddhisme du Grand véhicule Mahayana) est basé sur la méditation comme forme d’exercice spirituel visant à maîtriser les émotions.

Comment je sais cela ? J’ai passé 8 ans à travailler sur le bouddhisme tibétain, sur ses fondements théoriques et sa pratique (assise et yogas)alors que j’étais moi-même moine bénédictin pendant 10 ans. Car mon monastère, la Pierre-Qui-Vire, a accueilli le Kalou Rinpotché en Bourgogne dans les années 80 (lignée Karma Kagyu dits « bonnets rouges », « Rinpotché » : « le trés précieux ») . Ses disciples qui pratiquaient la grande retraite de 3 ans, 3 mois, 3 jours, venaient nous visiter au sortir de celle-ci et échanger avec nous. Nous les visitions aussi à Kagyu Ling,  le plus grand centre bouddhiste européen en pleine bourgogne, prés de chez nous (photo). Richard Gere était venu en jet pour l’inauguration ! Toute la jet-set bobo était là !

Kagyu Ling

J’ai rencontré le Dalaï Lama avec une trentaine de moines français à Toulouse en 1994 (la photo que j’ai prise alors ci-dessous). Matthieu Ricard était son interprète.
Didier Long Dalai Lama

J’ai pratiqué la méditation assise silencieuse pendant des années et il m’arrive encore de la recommander comme le raconte souvent mon ami Gilles Babinet, le digital Champion européen qui fait notre fierté !

Médiation bouddhique et intelligence émotionnelle

Comment ça marche de manière pratique ? En arrêtant le corps dans une posture fixe mais pas figée-bloquée, les ischions (os d’articulation de la hanche) 1 centimètre au-dessus de l’axe des rotules des genoux (position du lotus ou assis sur une chaise), on obtient une cambrure de reins qui libère la respiration ventrale profonde souvent bloquée par l’anxiété. Les épaules s’ouvrent alors comme les ailes d’un aigle et le sommet du crâne semble comme tiré vers le ciel par un fil invisible. La respiration souvent bloquée au niveau du diaphragme vous reparcourt alors du sol au ciel, vous êtes à la fois enracinés (c’est pour cela que dans les statues du bouddha, il touche le sol en prenant la terre à témoin) et ouverts vers l’univers.

Il s’agit alors désormais et c’est la base de la méditation bouddhique simplement d’« écouter » la respiration qui semble vous traverser. Le regard mi-clos (pas les yeux fermés qui signifieraient la coupure avec le monde) se crée une qualité d’attention flottante, concentrée mais sans excès. Dans les minutes et heures qui suivent il s’agit de porter attention à sa respiration et uniquement à elle sans « jugement »; de laisser passer les émotions sans les suivre (sinon une émotion suit l’autre et elles s’emballent comme les wagons d’un train désormais impossible à arrêter), de les laisse passer comme des nuages, de les observer simplement naître dans l’esprit et s’y évanouir.

Le but est bien sûr selon la vision bouddhiste de constater l’illusion de ces émotions qui nous font naître un monde alors qu’il ne s’agit que des images d’un film qui nous semble réel mais qui, si on l’arrêtait, semblerait un série d’illusions que notre désir d’attachement (énergie karmique selon la vision bouddhique) produit. L’impression qu’a un occidental qui pratique cela est celle de l’âme comme un lac calme et d’une profondeur sans fin où naissent et s’évanouissent les pensées. Il n’y a rien de religieux à cela, il s’agit seulement de l’état de conscience produit par la méditation sans objet dans le cas du bouddhisme zen ou Chan. Avec objet dans le cas du bouddhisme tantrique tibétain. Par exemple méditer sur une sphère rouge posée au sommet de votre crâne, ou sur une partie de votre corps, l’énergie de votre lama, des enfers chauds ou froids de la cosmogonie tibétaine, d’autres mondes, etc… Les méthodes sont étranges pour un occidental mais en réalité très structurées et sous contrôle d’un maître. Les touristes occidentaux des années 70 n’ont retenu du tantrisme que les pratiques sexuelles…

Cette pratique de a méditation commune à tous les moines entraîne après une très forte attention à l’instant présent « sans jugement »,  comme si la vie, chaque geste était perçu avec clarté, dans une sorte de « pleine conscience », avec un gout plus riche émotionnellement. Bon, je vivais dans un monastère en silence…

Le background de tout cela n’est pas anodin. C’est bien sur le Samsara (d’origine indienne) : le monde phénoménal, même s’il existe d’un point de vue relatif, est illusoire d’un point de vue absolu. La personne « n’existe » que d’un point de vue relatif. Les émotions en constituent l’illusion. Les images d’un film qui semble réel, mais le méditant, en passant de l’autre coté du projecteur et en ralentisant le film s’aperçoit que l’illusion de vie sur l’écran est seulement une juxtaposition d’images inertes. Le Bodhisattva c’est celui qui a « arrêté le film ». Il est entré (mais personne n’entre !) dans le Nirvana (le « sans bord » en sanscrit); l’attachement karmique, l’énergie qui fait adhérer les agrégats d’attachement s’étant évanouie en lui selon l’expérience du Bouddha Shakyamuni dans le parc aux gazelles de Bénarès. Libéré de son égoïsme, l’éveillé, ne renaîtra donc pas à sa mort (transmigration du karma improprement appelée « réincarnation ») mais libéré de son égoïsme peut désormais décider d’aider les autres êtres sensibles par compassion en prenant une forme humaine ou animale. L’objectif des moines tibétains est de contrôler ensuite les émotions pour les dompter comme un cheval pour ne pas se laisser emporter par elles.

Le hacking spirituel version Google

Le but de Cheng chez Google est de développer cet état « on demand » comme il dit. Pour « avoir un esprit calme et clair face à son boss »… La pure conscience bouddhique est selon lui le fondement de l’intelligence émotionnelle. Il s’agit donc de créer du bonheur sur demande, de la confiance en soi… pour que les gens aient envie de travailler avec vous, contrôler ses émotions dans la prise de décisions, etc… Etre SUCCESSFUL !

Qu’est ce qui s’est passé ? Depuis quelques années des types en Silicon Valley tentent une sorte de hacking spirituel. Il s’agit de faire du reverse ingeenering(retrouver le code d’un logiciel à partir de sa version compilée…) à partir de l’activité humaine émotionnelle ou du cerveau.

Mindfulness

Des chercheurs ont étudié le comportement du cerveau en méditation. Qu’est ce qui se passe ? L’amygdale  une zone du cerveau du système limbique (sur lequel on travaille dans les yogas) est impliqué dans la reconnaissance et l’évaluation des émotions et stimulis sensoriels. Google essaie donc pour créer une intelligence émotionnelle de comprendre comment fonctionne cette intelligence émotionnelle et son apprentissage (Cf le deep learning) qui aboutit à nos émotions : angoisse, peur, etc… tout cela pour récréer en intelligence artificielle émotionnelle. Il s’agit de recréer, à partir d’apprentissage associatif, de crown learning de comportements, de rythme de voix, de sons d’expressions de visages… l’intelligence émotionnelle humaine.

Ces gens essayent donc d’établir une sorte de science contemplative. Comment stimuler des zones du cerveau qui conduiraient à plus de bonheur ? Evidemment selon un mode de pensée pragmatique et utilitaire typiquement US l’idée est aussi d’améliorer la productivité et l’efficacité, le rendement des personnes… et le Corps de Marines est déjà sur l’affaire pour, via le Mind Fitness Training aider les soldats à booster leur « intelligence émotionnelle » ! ça donne dans la bouche de Chade-Meng Tan :

« In many situations, goodness is good for business, »

Normalement la méditation est « orientée d’un point de vue éthique »… elle ne sert pas à se faire plaisir, ne plus avoir peur, ne pas paniquer, manipuler son monde ou à être le plus fort… mais à stimuler l’empathie, le don de soin, la générosité et la compassion,  le soin d’autrui…

Des sentiments et des machines

Nous sommes en train d’être rattrapés par la science fiction. On se rappelle que dans Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick, matrice de Blade Runner, Rick Deckard, chasseur d’androïdes à San Francisco, après la guerre nucléaire, et qui rêve de remplacer son mouton électrique par un vrai, finit par tomber amoureux d’une androïde. On y arrive…

Il est absolument clair que le deep learning, c’est-à-dire non plus la répétition de raisonnements ou de processus mentaux codés par l’homme ou résultat de calcules statistiques (big data et data mining), mais la capacité de la connaissance à créer par auto apprentissage de véritables processus cognitifs et de l’intelligence sur un mode humain est en train de bouleverser l’histoire de l’humanité.  L’IA est en train d’avancer à toute vitesse et va probablement changer l’humanité désormais accompagnée par l’intelligence profonde des machines qui partagerons nos vies. Nous sommes déjà accompagnés d’apps. La reconnaissance vocale nous aide déjà à gérer notre agenda ou à écrire un SMS. Mais bientôt notre personal assistant comme dans le film HER nous parlera toute la journée, il reconnaîtra nos émotions au débit et inflexions de notre voix et nous aidera « Allez t’es en retard mais tu vas l’avoir !», et bientôt, tel Jiminy Cricket, ce majordome digital nous conseillera de ne pas perdre la tête quand nous rencontrons une jolie fille…  Mais imaginez ce que ce serait si ce mentor avait les intonations et les raisonnements non pas de Scarlett Johnson mais de votre belle-mère !!!

Cependant les avis sont partagés sur cette vision.
Si l’on en croit Ray Kurzweil père de l’Université de la Singularité et patron de l’IA chez Google, la capacité de la machine à atteindre celle du cerveau humain en terme d’imitation, d’abstraction et de raisonnements complexes, selon la loi de Moore sera atteinte en 2029 ! Mais Yan LeCun au même poste chez Facebook s’est fichu de lui et a refroidit ce genre d’espoir de science-fiction messianique...

Bientôt un mentor spirituel androïde ? D-ieu est-il intelligent ?

Imaginez un mentor spirituel qui aiderait l’homme pas seulement à retrouver la paix mais à sortir de ses addictions, de ses conditionnements, de ses failles psychiques d’enfance… il nous restera malgré tout à engager notre responsabilité, à nous occuper de notre semblable et à choisir librement, à aimer aussi. Bref, pour la Rédemption, il va encore falloir patienter !

La machine a appris à reconnaître l’image, la voix et bientôt à articuler des concepts mieux que l’homme. Et maintenant l’IA s’intéresse aussi à nos émotions.

Ce qui est sûr c’est que l’enfant apprend d’abord en imitant ses parents, des mots, des gestes, ce qui est bien ou pas. Comme le petit chimpanzé d’ailleurs et moins bien que lui. Mais vers neuf mois le petit de l’homme dépasse le singe, le dauphin ou l’éléphant. Il est capable de symbolique, c’est à dire non plus seulement de connaissance mais d’abstraction et ensuite d’articuler des concepts qui se mettent à jouer ensemble, à analyser les sensations et les émotions. Les couches d’abstraction et de raisonnement sont de plus en plus haute et les mathématiques en sont la quintessence. La religion est seulement la forme de l’intelligence émotionnelle la plus élevée, celle ou l’homme pense et perçoit l’ultime et son rapport intime à lui, une intelligence transcendante qui le précéderait ou l’engloberait pour parler en image. Comme disait Einstein : « L’étonnant n’est pas la complexité du monde mais que nous soyons capable de la comprendre  » et à propos du hasard : « Il y a autant de chance que naisse l’univers que nous connaissons, qu’un imprimeur jetant toutes ses lettres  de plomb en l’air, celles-ci ne retombent  par terre en ayant écrit la Bible ».

La réalité c’est que toutes les religions se sont constituées sur la connaissance (ce qui ne les a pas empêché le Christianisme et l’Islam de combattre les sciences une fois qu’elles leur échappait !) . Chaque fois qu’une communauté juive arrive en un lieu elle construit non pas une synagogue mais une école et cela depuis au moins 400 avant notre ère. L’Etude (gratuite) est le coeur du judaïsme. C’est un commandement pour le père envers ses enfants. Coté musulman, Al Andalus, la Perse (Iran) ou la Turquie ont été de grands foyers intellectuels avant de sombrer dans le fondamentalisme. Coté chrétien, le cœur des monastères en étaient les bibliothèques au Moyen Age, Charlemagne s’est appuyé sur eux et leurs écoles pour refonder l’Occident. Les scriptorium et les bibliothèques des monastères ont permis de sauver les manuscrits grecs traduits par les chrétiens syriaques du premier millénaire… Le théologien Robert de Sorbon, chapelain et confesseur de Saint Louis, fonde l’Université de Paris en 1253, la Sorbonne, modèle des universités du monde occidental… est une création des dominicains. Si 26,5 % des prix Nobels sont juifs c’est simplement parce que même dans le pauvreté extrême des Ghettos et des Mellahs, les juifs ont gardé un seul objectif au dessus de tous les autres, l’Etude, qui justifie leur existence.

Einstein

Il est vrai que quelques fanatiques obscurantistes nous feraient rapidement oublier ces fondamentaux… et le risque est de jeter le bébé avec l’eau du bain. La première fois où j’ai entendu parler de physique quantique il s’agissait d’une session de cours qu’Etienne Klein nous donna au Studium de la Pierre-Qui-Vire dans les années 90 et la première fois que j’ai entendu parler de l’infiniment grand, c’était par l’astrophysicien Pierre Léna... de biotechnologies et de technologies du vivant… au même Studium.

Des animaux et des hommes

Les dauphins, les humains, les grands singes et les éléphants ont de gros cerveaux par rapport à leur masse, ce qui témoigne de processus cognitifs complexes. Mon ami Paul comte de la Panouse dirigeant le zoo de Thoiry fondé par son père, avec qui je discutais dimanche dernier, me disait que ses éléphants, si on peignait un point rose sur leur front, se reconnaissaient dans la glace et tentaient d’effacer ce point. Il m’a dit :

 » L’éléphant a donc une conscience de l’image de lui-même, ce qui témoigne de processus cognitifs complexes … en plus de son immense mémoire et du souvenir de ses défunts : il s’arrête plusieurs années plus tard devant leur lieu de sépulture et semble éprouver des émotions ». 

Paul en est e témoin vivant il a été piétiné et laissé pour mort par un éléphant, ce qui explique ses cannes. « Même plusieurs années plus tard, quand il me voyait ce mâle me lançait des pierre avec sa trompe et il ne me ratait pas! « …

Didier Long et Paul de la Panouse

… et Paul a ajouté  : « Mais nous ne savons pas grand chose, car nous ne percevons pas de nombreuses fréquences par lesquelles communiquent les éléphants… et nous ne percevons qu’un dixième du spectre sonore du dauphin (NB: Tandis que l’homme ne peut percevoir des sons aux fréquences supérieures à 20 kHz, les dauphins ont une sensibilité auditive largement supérieure. Le grand dauphin présente une sensibilité aux hautes fréquences à hauteur de 150 kHz, avec une meilleure sensibilité entre 40 et 100 kHz). Le dauphin semble extrêmement évolué en terme d’intelligence mais dans un mode différent que celui de l’homme. C’est pour cela que je refuse de faire un delphinarium, ces animaux se savent en captivité, c’est horrible. » Pour le dire en langage théologique, Dieu parle sans doute un langage différent à l’homme, au dauphin et à la pierre, un loi qu’eux seuls comprennent…

La prochaine étape de l’empilage de couches de neurones artificielles et de raisonnements de plus en plus complexes pour la machine est l’autoréflexion, c’est à dire la prise de conscience par la machine de sa propre existence et capacité de penser, ce qu’on appelle la « conscience de soi » en terme philosophique. Le Cogito ergo sum, « je pense donc je suis » de Descartes.

Cette simple perspective est en soi vertigineuse.

Dans la bible on demande que le Roi ait un lev Hokhma, en hébreu, un « cœur intelligent ». Et un psaume dit « L’amour et la vérité se rencontrent, la justice et la paix s’embrassent ». En clair, l’intelligence sans cœur ou le cœur sans raison engendrent des monstres. A méditer.

Les traditions religieuses sont les plus puissants outils d’intelligence émotionnelle que l’homme ait créés. Je pensais à cela en visitant mon ami Jérémie Berrebi l’un des meilleurs experts du web français qui vit aujourd’hui à Bnei Brak la ville juive la plus religieuse du monde (photo). Que font les gens à Bnei Brak ? … ils étudient. Toute une ville tournée vers l’étude (talmud en hébreu) et la connaissance.

Didier Long Jérémie Berrebi

A l’heure où l’intelligence artificielle se tourne désormais vers la connaissance des mécanismes cognitifs qui conduisent à nos émotions il est probable que les androïdes croisent les plus anciennes traditions du monde. Et ceux qui s’intéresseront à ces sujets passeront d’abord pour des fous.

Question de méthode

L’affaire commence toujours avec de « fous » : quelques nerds qui commencent par se poser des questions du type : « comment reconnaître des images de chats roux (Facebook) ? », ce qui est en soi complètement idiot. A la fin, la machine auto apprenante est capable de raisonnement complexes comme d’expliquer sa conception des chats. Des « fous » à qui tout le monde dit « Tu devrais faire quelques chose de ta vie au lieu de rêver dans ta chambre à des c(l)o(w)neries… trouve toi un job!  » et finalement, un jour on découvre que Watson (IBM) a été capable non seulement de gagner à Jeopardy, mais que Watson délivre en quelques minutes des résultats médicaux quand il faudrait des heures, voire des mois, à un praticien pour ingurgiter toute la littérature médicale un sujet donné. La force de Google ou Facebook est d’avoir parié sur ces fous de l’IA, ces nerds qui s’intéressent à des problèmes pas directement utiles. Et finalement Dieu en est un.

Stephen Hawking  assure que «l’intelligence artificielle pourrait mettre fin à la race humaine », ou du moins la dépasserait en intelligence. Il est probable que nous devrons en tout cas compter avec elle pour apprendre à nous connaitre et gérer nos émotions les plus spirituelles.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s