Les libraires rêvent-ils de moutons électriques ?

La révolution digitale va-t-elle faire disparaître les libraires indépendants ? Didier Long replace le phénomène de la lecture et du livre dans le temps long. En réalité le digital ne détruit pas la lecture ou le commerce mais il transforme en profondeur l’acte d’écrire ou de lire, le libraire restera un passeur de récits, d’idées et d’émotions, vital dans un monde en réseau où disparaît la transmission. Pourrions nous d’ailleurs vivre sans cette transmission de la mémoire ? A l’ère digitale Philippe K. Dick fait figure de prophète.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s