Skintifique : une révolution dans la peau

« Toutes les bactéries appartiennent à une communauté mondiale interfertile assez semblable à l’Internet, mais l’ayant précédé, au bas mot, de deux milliards d’années » (Lynn Margulis, biologiste)

DES LABS DE SALT-LAKE-CITY AU CLEAN CARE

Jeudi j’ai rencontré un de mes amis les plus fascinants : Jacques Delort (Pas celui de l’Europe !), neurobiologiste qui a lancé Skintifique une start-up créant des produits parfaitement sains dans le domaine du soin de la peau.

Jacques Delort

J’ai rencontré Jacques il y a 20 ans chez Mckinsey. Polytechnicien, Docteur en neuro-biologie. Il rentrait de Salt Lake City où il était devenu le disciple de Mario Capecchi. Mario Capecchi un orphelin émigré d’Italie sorti de la guerre et recueilli par les quakers, la « Société religieuse des Amis » de Salt Lake City, sa seconde famille. Capecchi était devenu généticien moléculaire et le plus jeune professeur de Harvard après avoir obtenu une bourse de la fondation Howard Hughes. Jacques avait un jour postulé auprès de Capecchi et deux candidatures dont la sienne avaient été retenues parmi les 300 CV. Mario Capecchi est devenu co-lauréat du Prix Nobel de Physiologie et de Médecine en 2007 pour avoir découvert une méthode de création de souris dans laquelle un gène spécifique est désactivé.

Mario-Capecchi

Le chemin de recherche de Jacques l’avait donc conduit au Howard Hughes Medical Institute (USA), à être chercheur à Salt Lake City puis à bifurquer vers Mckinsey. Après il est devenu VP R&D de Sanofi.

Et puis un jour il s’est associé à Jeffrey Karp, biologiste, Professeur Associé à Harvard Medical School, et il a disparu du Big Business pour fonder une start-up biotech spécialisée en produits dermatologique, Skintifique. Je me demandais bien ce qu’il allait faire …

NOTRE PEAU ET L’UNIVERS BACTERIEL, L’EXEMPLE PAR LYME

Notre peau est comme la membrane d’une cellule qui nous protège et nous relie à notre environnement. Mais elle assure aussi le lien avec l’univers bactériel et cellulaire qui nous entoure : lorsque l’organisme devient intolérant à une substance, au soleil, à la pollution… la peau réagit : eczéma, urticaire.

0 (1)

Eczéma de contact du à une allergie au colorant d’un soutien-gorge

Savez-vous que 25 à 30% des personnes qui utilisent des produit dermo-cosmétiques ont au moins une fois dans leur vie un incident de peau sévère ? Que les problèmes d’allergie de peau des enfants (eczéma, urticaire) dus au contact avec des produits allergènes : ménagers, la pollution, des crèmes ou des parfums, ou à une prédisposition génétique explosent ? Les causes génétiques ne pouvant expliquer une évolution aussi rapide, on sait désormais que les modifications de l’environnement de la société industrielle jouent un rôle majeur dans ce phénomène.

J’ai découvert un jour qu’une simple piqûre de tique peut faire de vous ou d’un de vos enfants en quelques semaines un petit vieux courbé aux articulations rouillées, un hyper sensible aux émotions qui le submergent ou s’évanouissent (dépression). Les diagnostics pour arthrite, Sclérose en plaque, quand ce n’est pas le séjour en HP pour dépression… sont au bout du chemin, tous plus faux les uns que les autres. Une simple piqûre de tique invisible sur votre peau peut faire rentrer en vous un spirochète souvent associé avec d’autres bactéries qui en un mois franchira votre barrière encéphalique et touchera votre système nerveux central. Bien malin qui ira le chercher là. Ce hélice compose alors des stratégies avec tout les systèmes de votre organisme. On appelle cela la Borréliose de Lyme.

 

Marie-Pierre Samitier et Christian Perronne

A l’époque j’étais désespéré et je me demandais si je ne pourrais pas essayer les principes actifs d’huiles essentielles, j’ai appelé Jacques.

« Fais attention aux huiles essentielles, ce sont des principes actifs puissants, mais comme ils sont naturels l’organisme peut les confondre ne pas s’en méfier et les intégrer avec son propre métabolisme, et ensuite une enfant peut être stérile par exemple ».

10 000 milliards, c’est le nombre de vos cellules, et dans votre organisme il y 10 fois plus de bactéries ! Les années Sida ont fixé l’attention sur la virologie… plutôt que sur la bactériologie.

En cherchant à comprendre j’ai rencontré à ce moment-là un des plus grands infectiologues français, Christian Perronne. Grâce à lui je découvrais un monde fascinant, vieux de 3, 6 milliards d’années, celui des spirochètes et des bactéries.

L’UNIVERS BACTERIEL

Lynn MargulisPerronne m’avait conseillé de lire L’univers bactériel de Lynn Margulis. Cette biologiste américaine a opéré un retournement copernicien. Nous considérons généralement dans notre immense humilité que la vie sur terre, sous des formes « dénues d’intelligence » est un prologue à l’apparition de l’homme. Le décryptage de l’ADN et du génome humain selon cette vision quasi mythologique, celle du transhumanisme, est la dernière bataille pour la prise de contrôle du grand ressort de la vie.

En réalité, une révolution s’est accomplie ces dernières décennies dans les sciences de la vie : contre le néo-darwinisme, Margulis a mis l’accent non pas sur la compétition mais sur la symbiose, c’est-à-dire la vie en harmonie d’espèces différentes. Elle a théorisé que les cellules eucaryotes (cellules avec des noyaux) ont évolué à partir d’une symbiose de bactéries sans noyaux qui avaient auparavant vécu indépendamment. Un exemple de cette symbiose ce sont ces petits poissons qui nettoient les parasites de beaucoup plus gros ou encore ces champignons qui se développe sur la peau d’une personne. L’idée de Margulis était révolutionnaire, elle a donné une nouvelle vision de l’évolution et a permis d’expliquer l’origine des cellules avec noyaux. Elle a surtout montré que l’homme n’est qu’un des passagers de l’univers bactériel qui porte toute vie.

Le microcosme humain est traversé par l’univers bactériel. Notre corps, notre peau possèdent en eu une intelligence phénoménale développées par la nature pendant des millions d’années, une intelligence naturelle que Dame Nature a mis au point patiemment par échecs et corrections successives.

Le film hydrolipidique de notre peau est colonisé par une flore microbienne de 1000 bactéries qui y résident de façon stable, ces organismes non pathogènes sont indispensable à sa protection et à notre système immunitaire en général. Les bactéries peuvent empêcher les organismes pathogènes de coloniser la surface de notre peau, soit en leur disputant des nutriments, soit en sécrétant des produits chimiques, soit en stimulant le système immunitaire. Mais des microbes résidents peuvent aussi provoquer des maladies de peau, pénétrer dans le système sanguin, créer des maladies potentiellement mortelles, en particulier chez les personnes immunodéprimées ou fatiguées. La peau est un organe à part entière qui peut stocker des toxines sécrétées en cas de stress et d’émotions. Des plaques rouges d’urticaire peuvent être d’origine allergique ou se déclencher sous l’effet du stress. Sans parler des zonas. Le cortisol, hormone du stress, accéléré le vieillissement cutané.

Respecter cet équilibre, accompagner l’écosystème de cet organisme vivant qu’est notre peau est donc la base de toute intervention dermatologique.

 

« Le corps se renouvelle continuellement. Tous les cinq jours, vous avez une nouvelle muqueuse de l’estomac. Un nouveau foie tous les deux mois. Votre peau se remplace toutes les six semaines. Chaque année, 98% des atomes de votre corps sont remplacés. Ce remplacement chimique non-stop, le métabolisme, est un signe certain de la vie. » Lynn Margulis

 

Il suffit d’un shampoing allergisant pour que la peau de votre cou et de votre crâne se couvre de boutons, d’un bijoux métallique allergène pour que votre poignet votre doigt ou votre oreille s’enflamme, d’une crème pour le visage pour que la peau de vos paupières réagisse, un déodorant, une laque… Parfois, l’effet de réaction est impressionnant, c’est tout le corps qui se couvre immédiatement de boutons qui grattent horriblement et ont l’aspect de piqûres d’ortie.

La peau exprime nos émotions. Chaleur, douceur, douleur, notre peau écoute le monde qui l’entoure. Le toucher est le première sensation du nourrisson. Le désir est à fleur de peau. On dit d’un être aimé qu’on l’à « dans la peau ». On dit qu’on est blessée par une remarque comme si notre peau l’avait reçue comme une coupure. En fait, et de manières multiples, notre peau est directement liée à notre cerveau.

Toutes nos cellules, nos systèmes homéostatiques qui s’autorégulent, comme notre peau sont parfaitement explicables dans leur algorithmie naturelle actuelle mais ils sont le fruit d’un long et très complexe développement, d’une intelligence des bactéries dont nous commençons seulement à prendre conscience. Comme un code qui aurait été compilé de multiples fois, fruit de multiples applications perdues sans retro-engeniring possible. Nous sommes à l’aube de seulement imaginer la genèse des liens et messages entre nos différents systèmes, leur orchestration, les messages échangés entre eux et notre cerveau. Notre peau est un de ces systèmes complexes.

Jacques Delort et son collègue Jeffrey Karp ont compris cette intelligence biologique de la peau. Par exemple ils ont développé Activifique, une technologie innovante qui s’adapte à son besoin d’hydratation . Car lorsque la peau réclame d’être hydratée elle déclenche des signaux auprès de la matrice contenant les ingrédients actifs de leurs produits, qui va alors libérer ses actifs là où la peau en a besoin. Cela permet la diffusion contrôlée et progressive des principes actifs et de répondre, en temps réel et dans la durée, aux besoins physiologiques de la peau.

Jacques et ses associés ont développé la première technologie au monde qui permet de protéger la peau des métaux comme le Nickel, le Chrome et le Cobalt, auxquels de nombreuses personnes sont allergiques. Une sorte de « protection UV » qui capture les particules de métal à la surface de la peau pour l’empêcher d’y pénétrer.

Et ils se sont mis en tête de créer des produits dermo-cosmétiques guidés par deux concepts fondateurs très simples : la « Bioinspiration » et la « Simplicité radicale ».

CLEAN CARE, THE NEXT REVOLUTION

Skintifique combine physico-chimie, “radical simplicity” et “bio-inspiration” pour créer de nouveaux matériaux avec des propriétés uniques.

S’inspirer de la nature

Skintifique a décidé de ne sélectionner que des ingrédients actifs qui ont démontré leur efficacité et leur douceur tels que la glycérine, le bisabolol ou l’huile de ricin :

« Il s’agit en fait de prendre une idée basique dans la nature, et de l’améliorer pour répondre à ses propres besoins. (…) Dame Nature est parvenue à résoudre un certain nombre de problèmes au fil des ans. Donc nous pouvons utiliser la bioinspiration pour nous aider à trouver de nouvelles idées pour aborder des problèmes compliqués.» Jeffrey Karp, interview magazine Fortune – août 2015

Jeffrey Karp évoque dans ce TED MED comment nous pouvons nous inspirer de la nature pour imaginer de nouvelles manières de soigner de nombreuses maladies :

Les produits Skintifique n’utilisent pas d’ingrédients à risque de type : Parabènes, Perturbateurs endocriniens, Allergènes communs, Parfums, Cancérigènes, MicroplasCques , Silicones, Huiles minérales qu’on trouve dans la plupart des ‘grandes marques’.

Simplicité radicale

Skintifique a décidé de ne pas entrer dans la course aux multiples actifs mais de créer des formules contenant le strict minimum d’ingrédients. Ainsi, les 4 produits qui composent la gamme Skintifique contiennent entre 5 et 13 ingrédients maximum. Les produits Skintifique ont en moyenne 2 à 3 fois moins d’ingrédients que ceux des marques établies.

Flamingo

Pour arriver à ces produits Skintifique s’est dit que le plus simple était de lier directement la chimie de la personne avec les produits de dermato. Ils ont donc créé une application : Flamingo, pour aider au choix des produits les plus sûrs.

Flamingo contient plus de 1 000 produits, dont les top 100 vendus sur Amazon US dans les catégories soins et les principaux produits des grandes marques de soin françaises et va bientôt passer à 18 000 produits testés.

DERMATO DU 3EME TYPE

Ces manières de penser complètement nouvelles sont bien sûr le résultat d’une prise de conscience avancée de toute l’humanité concernant l’univers bactériel, la santé humaine et « l’intelligence » de la peau. Qui peut penser un seul instant que ce mouvement en plus de la beauté n’est pas l’avenir de la dermo-cosmétique ? une révolution dans la peau.

Aujourd’hui Skintifique cherche des investisseurs… à bon entendeur.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s